Skip to main content

Introduction et méthodologie

Contexte de la mission, objectifs et méthodologie employée.

Published onDec 23, 2020
Introduction et méthodologie
·

Contexte et objectifs

Commandée par Etalab, l’étude sur l’« ouverture des codes sources au sein de l’Enseignement supérieur et la Recherche » (ESR) vise à :

  1. dresser un premier panorama des pratiques de publication de codes sources1 au sein de l’ESR et des enjeux, freins et besoins associés ;

  2. recenser des projets diffusés en open source2 ou qui auraient vocation à l’être et de les caractériser ;

  3. décrire les positionnements et politiques des établissements en matière d’open source en articulation avec les stratégies de valorisation et d’autres perspectives (souveraineté, open data, open access, etc.).

Elle permettra à court terme d’alimenter la contribution d’Etalab auprès de la mission Bothorel sur « la politique de la donnée et des codes sources » et d’envisager quelques actions susceptibles d’être structurantes pour les années à venir.

Méthodologie

Réalisée courant septembre 2020, cette étude s’appuie sur un questionnaire1 intitulé « pratiques de publication de codes sources au sein de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (ESR) » (panorama des pratiques), complété par une vingtaine d’entretiens d’acteurs de la recherche et de l’enseignement supérieur et plusieurs autres études menées récemment sur des sujets connexes2. Elle s’appuie et intègre également les recommandations déjà existantes issues notamment du collège « Logiciels libres et open source » du CoSO (Comité pour la Science Ouverte)3 et du projet PLUME4.


Points clefs questionnaire:

  • Le questionnaire a été largement communiqué et a fait l’objet d’une diffusion ciblée auprès de différents établissements de recherche et de l’enseignement supérieur.

  • Il a permis de recueillir 223 réponses en une vingtaine de jours.

  • Une partie optionnelle en fin de questionnaire a aidé à recenser 24 projets dont les codes sources sont publiés (ou qui auraient vocation à l’être) et de les caractériser.

  • En parallèle de sa diffusion, une vingtaine d’entretiens a été réalisée auprès de personnes contribuant à la production de codes sources pour la recherche et l’enseignement supérieur afin de mieux comprendre les pratiques de développement de codes sources, les types de code source/logiciels produits, leurs finalités et modalités de valorisation.

  • D’autres interlocuteurs privilégiés ont été les responsables de la valorisation, des juristes au sein d’instituts de recherche.


Enfin, l’étude s’est aussi appuyée sur la plateforme http://code.etalab.gouv.fr développée au sein du département Etalab de la direction interministérielle du numérique (DINUM) pour recenser les codes sources issus de l’administration publique, y compris un certain nombre de projets issus de la recherche publique. À ce jour, 58 organismes de l’ESR sont répertoriés pour un total de 1500 dépôts – à noter que trois des dix organismes comptant le plus de dépôts sur code.etalab.gouv.fr proviennent de l’ESR5.

L’ensemble des informations recueillies dans le cadre de cette étude offre un premier panorama des pratiques de diffusion6 publication des codes sources, permet de noter la richesse des initiatives à l’œuvre au sein de l’ESR et de souligner les éléments d’articulation et de synergies à développer pour intégrer l’open source comme levier de valorisation et d’impact pour l’ESR à l’échelle nationale, européenne et internationale. Elle permet de relever certains éléments utiles pour alimenter immédiatement les réflexions en matière de valorisation et identifie un certain nombre de « pistes à explorer » ultérieurement afin d’approfondir le sujet.

Comments
0
comment

No comments here